Image_cite_par_borix1_sur_flickr.jpgLe Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU vient de remettre son rapport annuel, intitulé « Les quartiers en mouvement. Pour un Acte 2 de la rénovation urbaine ». Comme l’indique son sous-titre, le rapport prend clairement position pour un prolongement du Programme national de rénovation urbaine (PNRU) lancé par Jean-Louis Borloo en 2003, qui devait initialement prendre fin en 2008 mais dont l’échéance a été plusieurs fois repoussée par le législateur pour être désormais fixée à 2013. Cette prise de position vient s’ajouter à celles du ministre de la ville, des dirigeants de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), des élus locaux et des responsables du mouvement HLM qui, au cours des derniers mois, ont multiplié les appels au lancement d’un second programme du rénovation urbaine. L’argumentaire développé par les uns et les autres témoigne d’un consensus rare, s’agissant d’une politique visant des quartiers qui occupent une place centrale dans les polémiques partisanes : le PNRU est un succès dont les résultats sont visibles, mais ce succès est incomplet et fragile ; un nouveau programme, appuyé sur des ressources comparables au premier doit être lancé rapidement, faute de quoi les 42 milliards d'euros investis pour le PNRU1 l’auront été à perte.