Keyword - Alain Finkielkraut

Fil des billets

lundi, avril 22 2019

Légion d'honneur pour Michel Houellebecq, l'islamophobie (à nouveau) consacrée

Michel_Houellebecq_a_Madrid_le_21_aout_2014.jpgMichel Houellebecq a été fait chevalier de la Légion d’honneur par Emmanuel Macron. Une distinction que le romancier a accueillie devant une petite trentaine de convives sélectionnés par ses soins. Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire, du côté des responsables politiques, côtoyaient Jérôme Coumet. Teresa Cremisi, l’éditrice de Houellebecq chez Flammarion, était là, elle aussi, tout comme les romanciers Frédéric Beigbeder et Marin de Viry, ou le philosophe Alain Finkielkraut. Côté journalistes, David Pujadas est arrivé en retard, mais il s’est rattrapé en allant dîner avec l’honoré du soir. Geoffroy Lejeune et Charlotte d’Ornellas, figures de proue de l’hebdomadaire ultraconservateur Valeurs actuelles – qu’affectionne particulièrement Houellebecq – étaient bien à l’heure, eux.

Photo : 20minutes.fr

vendredi, janvier 20 2012

Quel sens y a-t-il à parler de « génération d’immigrés » ?

Phototheque_du_mouvement_1.jpgFrançois Cusset, dans un essai sur les années 1980 en France qu’il décrit comme « porté par une méfiance instinctive envers la notion de génération », dénonce le narcissisme démographique que trahit l’invocation de sa propre génération, pratique qu’il fait remonter au Musset de Confession d’un enfant du siècle (1834). On le sait : ce terme est très prisé des publicitaires et personnes publiques, de Jacques Séguéla (« Génération Mitterrand ») à Diam’s (« Génération nan-nan »), en passant par toutes sortes d’entreprises (Génération Piscine) ou publications (Génération Piercing). À travers ces exemples, des personnes voulant promouvoir un groupe démographique arborent fièrement ce qui tient au départ du simple hasard biologique.
La démarche est exactement inverse lorsque Xavier Darcos, alors ministre délégué à l’enseignement scolaire en 2003, avance que « ce qui a changé depuis 15 ans, c’est l’insolence des immigrés arabo-musulmans de la troisième génération, qui ont du mal à s’insérer dans le monde du travail et qui ont crié vive “Ben Laden” après le 11 Septembre ».

Lire la suite...