Foot_algerie.jpgLe match Algérie-Belgique, remporté par la seconde le 17 juin, n'a pas occasionné de débordements énormes à Paris, spécialement dans le quartier Barbès. Au grand dam de certains. Depuis plusieurs jours en effet, dans les milieux de droite « dure » et d'extrême droite, on pariait sur des troubles à l'issue du match. Voire les appelait de ses voeux.
Ainsi, le Bloc identitaire a été coller des affiches à la station de métro Barbès (quartier du 18e arrondissement de Paris à forte population issue de l'immigration maghrébine), assorti d'un commentaire sur son site : « À chaque match de l'équipe d'Algérie, Barbès est le théâtre de rassemblements haineux, provocateurs et anti-français de milliers de supporters algériens ». Et quelques minutes avant le match, sur les réseaux sociaux, nombreux étaient les militants à promettre, voire espérer, ces troubles. Hélas pour eux, il ne s'est rien produit de notable. Pour certains militants, il était visiblement difficilement acceptable qu'il ne se soit rien passé. Alors ils ont tout simplement maquillé la réalité.

Photo : footafrica365.fr