Logo_mediateur_de_la_Republique.gifTelle est la question posée au centre du dernier rapport annuel du médiateur de la République (21 mars). Au delà des critiques habituelles adressées aux administrations (notamment - faut-il s'en étonner ? - « l’excès de zèle de l’administration en matière de renouvellement des papiers d’identité »), le dernier critique notamment « des politiques publiques brouillées par l’empilement législatif », « les dommages collatéraux dus aux réformes précipitées », des ambitions politiques qui « se heurtent aux moyens limités », une « méconnaissance des textes par les citoyens » et « une loi pas toujours applicable ».
Pour mémoire, les 280 délégués du médiateur sont répartis sur tout le territoire, ils traitent chaque année près de 80 000 affaires, essentiellement des réclamations contre l'administration.