Keyword - Cartographie

Fil des billets

samedi, décembre 16 2017

La délinquance enregistrée par la police nationale sur la ville de Marseille

Marseille_vieux_port_grande_roue_et_patrouille_de_police.jpgLa présente étude a été réalisée dans le cadre du Diagnostic Local de Sécurité confié en 2015 par la ville de Marseille à une équipe dirigée par le chercheur. Elle prend place dans une série de publications qui se complètent les unes les autres, ainsi que dans le programme de recherche collectif plus général développé durant sept ans à l’Observatoire Régional de la Délinquance et des Contextes Sociaux.
Dans ce cadre, et avec l’appui de la Préfecture de Police des Bouches-du-Rhône, la Direction Départementale de la Sécurité Publique des Bouches-du-Rhône (DDSP 13) a autorisé le chercheur à exploiter en profondeur ses outils statistiques ainsi qu’à s’entretenir avec de nombreux policiers de tous grades.

Photo : 20minutes.fr

mercredi, décembre 15 2010

L'INSEE fait enfin le point sur la population des ZUS

Image_Insee_Premiere.gifLes zones urbaines sensibles (ZUS) comptaient 4 361 000 habitants en 2006, dont 204 600 dans les départements d’outre-mer. Contrairement à la population générale, la population des 717 ZUS métropolitaines a diminué de 2,3 % depuis 1999. Désormais, à peine 7 % de la population réside en ZUS. La répartition est cependant inégale. La part de la population résidant en ZUS est maximale à La Réunion et en Guyane, autour de 15 % ; elle dépasse 10 % dans le Nord - Pas-de-Calais, en Île-de-France et en Corse. À l’inverse, elle est inférieure à 3 % en Bretagne, dans le Limousin et en Midi-Pyrénées.
La population des ZUS est plus jeune que la population générale, elle compte davantage de familles nombreuses et de familles monoparentales, elle compte deux fois plus d'étrangers, de Français par acquisition et d'immigrés que dans les unités urbaines englobantes.
Le niveau de formation de la population s’est accru dans les ZUS, mais moins vite que dans le milieu urbain englobant. Dans les ZUS, la moitié des habitants ne disposent d’aucun diplôme supérieur au brevet des collèges, contre un tiers dans les unités urbaines englobantes. Cet écart a augmenté de 2,6 points entre 1999 et 2006. La part des diplômés universitaires reste deux fois plus faible en ZUS.
Dans les ZUS, le taux d’activité des 25-49 ans est inférieur de 7,2 points à celui observé dans les unités urbaines englobantes. La différence est plus prononcée pour les taux d’emploi, particulièrement chez les femmes et les étrangers. 34,5 % des étrangères de 25 à 49 ans sont en emploi en ZUS, contre 60,0 % dans leurs unités urbaines et 76,2 % des Françaises du même âge des mêmes unités urbaines.