Photo_de_jean-louis_zimmermann_sur_flickr.jpgÀ l'heure où la question de l'européanisation des politiques d'immigration est régulièrement posée, l'« Étude de législation comparée » du Sénat (intitulée Immigration légale et répression de l'immigration illégale) dresse un panorama des politiques mises en œuvre dans cinq pays européens : Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Pays-Bas. Du fait principalement de leur histoire, de leur situation géographique et de leur conception des politiques d'intégration et de citoyenneté, ces pays ont des approches différentes des questions migratoires.
En privilégiant « d'une part les principales caractéristiques de politiques de régulation de l'immigration légale et, d'autre part, les modalités de lutte contre l'immigration clandestine », ce rapport souligne les orientations de l'action publique centrées sur le tri et la stigmatisation des publics migrants, et sur le contrôle des flux. Or l'immigration contribue de fait à la construction de l'Europe, sur tous les plans (démographique, économique, mais aussi politique, culturel et donc aussi identitaire). Le problème ne serait donc pas l'immigration en soi, mais les politiques telles que pensées et mises en oeuvre actuellement, comme cette étude du Sénat tend à le montrer.