Image_Palais_de_justice_-_Terra_nova.jpgLe nombre de condamnations prononcées pour crimes et délits par les juridictions françaises et inscrites au casier judiciaire a fortement progressé en vingt ans. Cette progression s’est faite essentiellement dans les années 2000 : entre 1990 et 2000, le nombre de condamnations a peu varié, alors que dans la seconde décennie, il a progressé de 16 %.
En matière criminelle, la peine privative de liberté reste la règle sur toute la période, avec un quantum moyen d’emprisonnement qui fluctue entre huit et neuf ans selon les années. En matière de délits, le nombre de peines d’emprisonnement ferme reste stable au cours de la première décennie autour de 100 000 par an, puis augmente jusqu’à 120 000 par an. L’effet de la baisse des condamnations pour vol et recel, porteuses de peines d’emprisonnement, est donc plus que compensé par les effets conjugués de l’augmentation d’autres contentieux fortement porteurs de ce type de peines comme les ILS (infractions à la législation sur les stupéfiants) ou les coups et violences volontaires, de la correctionnalisation de certaines infractions autrefois limitées aux peines d’amendes, et de la sévérité des juges.