Keyword - police municipale

Fil des billets

samedi, décembre 24 2016

La vidéosurveillance ne protège pas les citoyens, n'en déplaise aux politiciens

FRANCE/Si certains en doutaient encore, l'enquête de Mediapart sur l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice prouve une fois de plus que la vidéosurveillance ne protège pas les citoyens de la criminalité. L'auteur de l'attentat de Nice ne s'est pourtant pas caché. Au contraire, il a effectué de nombreux repérages avec son camion de 19 tonnes, avant de passer l'acte. Le tout au nez et à la barbe du système de vidéosurveillance et de police municipale le plus important de France. Loin d'en tirer une quelconque leçon d'humilité ou de meilleure gestion, le maire de Nice, Christian Estrosi, qui a construit toute sa carrière politique sur la posture sécuritaire, poursuit en tentant de faire oublier son arrogance (au lendemain des attentats de Charlie-Hebdo, il avait déclaré lors d’un conseil municipal : « Je suis à peu près convaincu que si Paris avait été équipé du même réseau (de vidéosurveillance) que le nôtre, les frères Kouachi n’auraient pas passé trois carrefours sans être neutralisés et interpellés »). Il continue ainsi à faire dépenser à la ville des millions d'euros dans ce système, et même des centaines de millions pour la région PACA qu'il préside.

lundi, novembre 15 2010

Le maintien de l'ordre fait-il partie des missions de la police municipale ?

Image_ecusson_police_municipale.jpgParmi les questions qui se posent au lendemain des grandes manifestations contre la réforme des retraites, celle-ci peut sembler insolite mais elle est pourtant réelle comme le montrent les incidents survenus dans plusieurs villes (par exemple ici) et les nombreux témoignages de cas dans lesquels les policiers municipaux assuraient le maintien de l'ordre aux côtés des nationaux, avec casques et boucliers. Et le constat n'est pas nouveau. A Aix-en-Provence, le 11 décembre 2008, la presse relatait que « la police municipale et les CRS ont délogé en fin de matinée quelques 200 élèves du lycée Vauvenargues qui ont bloqué pendant une heure le boulevard périphérique de la ville. (...) Les forces de l'ordre ont employé des gaz lacrymogènes pour les disperser et un lycéen a été interpellé ».
Où finit la « surveillance du bon ordre » et où commence le « maintien de l’ordre » ? Le débat agite aussi les syndicats. Dans un communiqué du 25 octobre, l'Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux estimait que « Les policiers municipaux ont un cadre d'emploi bien précis, il faut absolument que ces pratiques cessent ! ». Le problème est que si, en droit, la question est théoriquement réglée, en pratique, tout dépend des contextes municipaux. Une fois de plus, se pose donc le problème de l'absence de véritable doctrine d'emploi des polices municipales en France.