Logo_l__humanite.gifComme le dispositif « cagnotte scolaire » pour récompenser l’assiduité, expérimenté l’année dernière et tout juste abandonné, la mesure de suspension des allocations familiales pour les parents d’élèves absentéistes qui vient d’être adoptée par le Sénat ne donnera aucun résultat. L’hypothèse n’est pas risquée puisque cette mesure présentée comme une nouveauté est en réalité très ancienne.
Mise en place en 1959 avec la loi portant l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans, elle a largement été expérimentée avant d’être abrogée en 2004. Lorsqu’il s’installe au ministère de l’intérieur en 2002, Nicolas Sarkozy s’approprie la question de l’absentéisme et entend durcir les sanctions contre les parents d’élèves concernés en remplaçant la suspension des allocations familiales par une amende parentale de 2000 euros, « nouvelle » réponse pénale à la hauteur du « risque de délinquance » qu’entraineraient les manquements à l’assiduité.