Controverses, polémiques, pétitions

Fil des billets

jeudi, septembre 23 2021

Quand les présidences tournantes de l’Union européenne sont sponsorisées par des multinationales

23 09 2021

Des réunions entre ministres européens avec des bouteilles de Coca-Cola bien en évidence. Des sites web officiels où les symboles de l’Union européenne se mélangent avec les logos de sponsors. Des diplomates baladés en BMW ou en Renault devant les caméras. Inconcevable, mais vrai : depuis quelques années, l’habitude s’est installée de faire sponsoriser la présidence tournante de l’Union européenne par des grandes entreprises. La France, qui s’apprête à prendre cette présidence pour 6 mois en janvier 2022, n’a pas exclu d’avoir recours elle aussi à des mécènes privés. L’Observatoire des multinationales s’associe à une pétition lancée par Foodwatch et Corporate Europe Observatory pour exiger qu’elle y renonce.

lundi, août 30 2021

A-t-on encore le droit d’exercer son esprit critique en France ?

30 08 2021

Dans une tribune exclusive publiée par Quartier Général, plus de 1 000 chercheurs, universitaires, soignants, juristes, artistes et enseignants, dénoncent la censure inédite opérée autant par les médias que par les GAFAS au sujet de tout ce qui contredit le discours officiel sur le Covid. Chasse aux sorcières, règlements de compte, rien n’est épargné aux personnes qui contestent le bien-fondé du pass sanitaire, et réclament simplement plus de transparence concernant le processus vaccinal, ainsi qu’un débat contradictoire sur la stratégie sanitaire nationale.

mardi, août 24 2021

Moderna, l’argent public et les paradis fiscaux

24 08 2021

Les scientifiques qui ont découvert les vaccins ARN messager susceptibles de nous protéger contre le coronavirus, et peut être bientôt d’autres maladies aux formes diverses comme les cancers, méritent nos remerciements.
Les labos qui les fabriquent et les commercialisent les méritent beaucoup moins.
Ils n’y ont vu qu’une seule opportunité : s’enrichir grâce à la pandémie sur le dos des Etats et des contribuables. Dans le cas de Moderna, dont les pratiques viennent de faire l’objet d’une enquête de la part de l’ONG SOMO,

dimanche, août 22 2021

Sociologues ou gardiens de la doxa ? Qui entache la réputation de notre discipline ?

22 08 2021

Le 19 août 2021, 8 collègues sociologues parisiens ont cru bon de publier dans le journal Le Monde une très courte tribune toute entière dirigée contre ma personne, m’insultant, me diffamant et demandant au CNRS de me sanctionner. Il s’agit de Gérald Bronner, Alain Ehrenberg, Jean-Louis Fabiani, Olivier Galland, Nathalie Heinich, Jean-Claude Kaufmann, Pierre-Michel Menger et Dominique Schnapper. On trouvera ici ma réponse qui 1) rappelle l’argumentation de nos huit éminents collègues, 2) montre qu’ils valorisent la censure de Mediapart en ignorant les arguments des journalistes et des intellectuels qui ont republié nos articles, 3) montre que, en réalité, ils ne m’ont pas lu et ils ne connaissent rien au sujet, 4) s’interroge sur leurs motivations et leurs présupposés, 5) défend effectivement une autre conception de la sociologie que la leur.

mercredi, août 18 2021

Critique de l'idéologie vaccinale

18 08 2021

Si nous étions dans une rationalité scientifique et médicale, des chercheurs employés dans le public et/ou le privé travailleraient pendant des années pour mettre au point un vaccin, seraient parfaitement transparents sur les produits et les processus de fabrication, le testeraient longuement et à très grande échelle, en conformité avec les règles de sécurité et en transparence sur les protocoles des essais cliniques réalisés, puis signeraient des contrats honnêtes avec des organismes de santé publique. Par la suite, des médecins le proposeraient à leurs patients au terme d’un examen minutieux de l’histoire médicale de chaque personne et d’une évaluation conjointe de la balance bénéfice/risque, parce que 1) chaque individu est différent, 2) certaines personnes doivent être considérées « à risque » au regard de leurs antécédents (cardiaques, neurologiques, allergiques, etc.) ou de leur situation présente (les femmes enceintes, les personnes malades ou en convalescence, prenant déjà d’autres traitements médicamenteux plus ou moins lourds, etc.), 3) sauf exceptions, toutes les personnes encore jeunes et en parfaite santé n’ont rien à redouter du coronavirus (elles sont asymptomatiques ou paucisymptomatiques en cas d’infection).

lundi, août 2 2021

Les autorités détournent les questions sanitaires pour instaurer une société de contrôle

2 08 2021

J’ai le sentiment que l’on s’enferre dans une impasse politique et sanitaire. Les décisions prises par le gouvernement depuis le 16 mars 2020 construisent un pays fracturé où l’on oppose deux camps, celui du bien et celui du mal. On construit un affrontement entre vaccinés et antivax, créant un état de sidération dans la société qui empêche de penser et d’appréhender les questions avec nuance et précision. Toute position critique vous condamne à une dissidence invivable. À un an de l’élection présidentielle, c’est extrêmement inquiétant. En renvoyant toute forme de contestation à l’extrême droite, tous les ingrédients d’une crise politique majeure sont là.

samedi, juillet 31 2021

Division, amalgames et caricatures comme méthode de gouvernement

31 07 2021

« Donc ça va être primauté aux vaccinés et vie de merde pour les non-vaccinés » : ainsi s’exprime le « conseiller d’un ministre de premier plan » selon Libération (21 juillet). Il ne fait que donner la version off du « faire porter les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous » de son maître, Jupiter.
Curieux raisonnement de la part du magistrat suprême garant d’une Constitution dont l’article premier stipule que la République est « indivisible ».
La division, le président de la République l’organise lui-même en recourant aux amalgames et caricatures qui lui servent de méthode de gouvernement après que, candidat, il nous eut promis une République apaisée.

mardi, juillet 13 2021

CAC40 : dividendes records, scandale aux aides d’État ?

13 07 2021

51 milliards d’euros. C’est le montant que les groupes du CAC 40 vont verser à leurs actionnaires en 2021, soit 22% d’augmentation par rapport à l’an dernier. Tout ça en pleine pandémie mondiale, et alors que la totalité de ces entreprises a bénéficié du soutien financier de l’État. Un joli circuit de « relance » de l’économie, du contribuable vers l’actionnaire. Et qui sont les principaux bénéficiaires de ce montant astronomique ? Bien sûr, les habituels nababs du capitalisme français (Arnault, Bolloré, Bettencourt, Pinault…) mais surtout Blackrock, plus puissant fonds d’investissement de la planète et… l’État Français lui-même. C’est par ces révélations, largement reprises dans les médias, que l’Observatoire des multinationales a lancé sa campagne Allô Bercy ?

jeudi, juillet 8 2021

Covid-19, vaccins expérimentaux, stratégie vaccinale : entretien avec Christian Vélot

8 07 2021

Dans cet entretien exclusif, le généticien Christian Vélot explique en quoi consistent exactement les divers vaccins utilisés contre la Covid, il conteste certains propos d’Alain Fisher et alerte de façon très argumentée sur les dangers de la stratégie vaccinale suscitée par l’OMS et les industries pharmaceutiques, et adoptée par la plupart des gouvernements du monde.
Christian Vélot est maître de conférences à l’Université Paris-Saclay. Son domaine de compétence est celui de la génétique moléculaire, et donc des biotechnologies et de leurs produits. C’est à ce titre qu'il s’intéresse notamment aux vaccins, et en particulier aux vaccins de dernière génération, dits vaccins génétiques, qui sont issus des biotechnologies. Il n’a aucun conflit d’intérêt.

lundi, juillet 5 2021

Pourquoi il serait illégal d'imposer des vaccins expérimentaux à toute la population

5 07 2021

Quatre vaccins anti-covid sont aujourd’hui autorisés en France : le vaccin Moderna, le vaccin Pfizer & BioNTech (nom de marque : Comirnaty), le vaccin Astrazeneca (nom de marque : Vaxzevria) et le vaccin Johnson & Johnson (nom de marque : Janssen). La vaccination – technique médicale consistant à inoculer une substance capable de procurer une immunité contre une maladie infectieuse – est la réponse prioritairement choisie par les pouvoirs publics français en réponse à la pandémie de covid-19. Devant les résistances d’une partie de la population, la question de savoir s’il ne faudrait pas la rendre obligatoire pour les soignants, voire pour tous les Français, a fait son entrée dans le débat public.

mercredi, juin 23 2021

Un rapport d'information du Sénat préconise de dramatiques restrictions de droits et libertés

23 06 2021

« Si une "dictature" sauve des vies pendant qu’une "démocratie" pleure ses morts, la bonne attitude n’est pas de se réfugier dans des positions de principe, mais de s’interroger sur les moyens concrets, à la fois techniques et juridiques, de concilier efficacité et respect de nos valeurs ». Globalement, les sénateurs conseillent à la France d’adopter des outils beaucoup plus intrusifs : « Si une "dictature" sauve des vies pendant qu’une "démocratie" pleure ses morts, la bonne attitude n’est pas de se réfugier dans des positions de principe, mais de s’interroger sur les moyens concrets, à la fois techniques et juridiques, de concilier efficacité et respect de nos valeurs », détaille le rapport.
« Si je préfère malgré tout disposer de ma liberté d’aller et venir, et que je sors effectivement de chez moi, il est légitime que j’assume en contrepartie une fraction du surcoût payé par la société du fait de l’épidémie, par exemple sous la forme d’une petite hausse de mes cotisations sociales si le nombre ou la durée de mes sorties excède un certain seuil. » Soit payer pour être plus libre. Les classes sociales les plus aisées n’auraient plus qu’à s’acheter plus de droits, tandis que les plus pauvres ne pourraient plus se payer le luxe de sortir.

lundi, mai 17 2021

De l’irresponsabilité d’un pouvoir exécutif qui met en danger la paix civile

17 05 2021

L’évolution des pratiques politiques de notre cinquième république devient préoccupante. Selon un récent classement international des démocraties, il semble que la France soit devenue une démocratie « défaillante » ce qui devrait inquiéter même si tout classement de ce type peut présenter des biais critiquables.
Les différents pouvoirs exécutifs que nous avons pu observer depuis plusieurs décennies ont peu à peu pris la main sur le pouvoir législatif au travers des partis politiques qui peuvent aisément « piloter » les candidats devenus parlementaires. Pour ce qui concerne le pouvoir judiciaire il est toujours réduit à la portion congrue de par une disette budgétaire dont on pourrait penser qu’elle est entretenue par une élite politique qui n’aime pas, par principe, qu’un droit de regard et d’appréciation puisse s’exercer sur ces pratiques.

Lire la suite...

jeudi, mai 13 2021

Instrumentalisation de « l'insécurité » : c'est reparti pour un tour !

13 05 2021

Nous assistons à une nouvelle flambée d’instrumentalisation politique et médiatique du thème de l’insécurité, comme d’habitude à l’approche d’échéances électorales majeures. Il faut comprendre que, dans un pays de 67 millions d’habitants, il se produit tous les jours des milliers de délits. La plupart du temps, les médias nationaux n’en parlent pas. Et puis, par moments, ils décident de mettre la focale dessus. Il n’y a plus alors qu’à puiser dans le réservoir presque infini des faits divers et les mettre bout à bout pour donner l’illusion d’une tendance de la société.
Cette mort du policier en Avignon est instrumentalisée comme le sont d’autres faits divers. Les chaînes de télévision raffolent de ce spectacle fort en émotion et prennent un plaisir malsain à annoncer des catastrophes. Les politiciens jouent au grand concours de la plus forte expression d’indignation pour se faire bien voir de leurs éventuels électeurs. Tout ceci n’est ni sérieux ni moral.

mercredi, mai 12 2021

Ivermectine : le côté obscur (des décisions) de l'ANSM

12 05 2021

L’Article L1451-1-1 de la Loi n°2011-2012 du 29 décembre 2011 – art. 1 a été rédigé suite aux scandales du sang contaminé et du Médiator, afin que cessent les conflits d’intérêts et les dérives entachant les décisions de l’Agence du Médicament. Les décisions concernant les médicaments doivent être totalement transparentes, pour cela le texte prévoit que les débats, en premier lieu ceux concernant les acceptations et refus d’AMM de RTU et d’ATU, soient enregistrés et conservés, avec « le détail et les explications des votes, y compris les opinions minoritaires ».
Pour mieux comprendre la décision médicalement incompréhensible par l’ANSM du refus de RTU pour l’ivermectine, nous avons donc voulu savoir quels avaient été les débats, qui avait défendu quoi, sur quelles bases, et nous avons demandé l’enregistrement des délibérations ayant conduit à ce refus, conformément à la loi. Réponse de l’ANSM : « en l’espèce, de tels documents n’existent pas ». La loi n’a donc pas été respectée.

samedi, avril 24 2021

La discussion du Covid-19 est placée sous couvre-feu

24 04 2021

Comment se constitue le partage entre la parole recevable et la parole irrecevable ? Qu’est-ce qui fonde les « régimes de vérité » ? Depuis l’irruption de la pandémie de Covid-19, cette question n’est plus un exercice de philologie ; elle est devenue vitale à notre besoin de compréhension. Car si la gestion sanitaire a fait basculer les plus vieilles démocraties européennes dans des régimes politiques d’exception, elle en a aussi profondément modifié le climat intellectuel, et plus précisément cette zone décrite par Foucault où se joue la légitimité du discours.

- page 1 de 24