Controverses, polémiques, pétitions

Fil des billets

lundi, novembre 30 2020

Comment se pérennise le détournement sans condition des ressources de l’Etat au profit des intérêts privés

30 11 2020

A Bercy, l’unité de compte n’est plus le million d’euros que l’on cherche à économiser, mais le milliard d’euros que l’on veut dépenser aussi vite que possible. Jusqu’à il y a peu, il n’y a pas « d’argent magique », disait-on. Désormais, il coule à flots.
Constater que les robinets ont été ouverts est néanmoins insuffisant : encore faut-il savoir qui est arrosé, qui ne l’est pas, et dans quel but. Des milliards pleuvent en effet, mais pas partout, et pas pour tout le monde. Les quartiers populaires, oubliés des plans d’urgence et de relance, réclament le leur. Les plus pauvres doivent se contenter de 0,8 % du financement du plan de relance. Quant aux services publics et leurs agents, ils sont servis avec parcimonie. En revanche, le secteur privé, et tout particulièrement les grandes entreprises, est servi sur un plateau d’argent. Plus sûrement qu’un retour de l’Etat en vue de satisfaire l’intérêt général, ces milliards transcrivent surtout la volonté de mettre l’Etat, et ses ressources, au service des intérêts du secteur privé et de l’accumulation du capital.

lundi, novembre 16 2020

Le complotisme pour les nuls (à l’occasion d’un récent documentaire)

16 11 2020

Il est aujourd'hui essentiel de tenir à distance à la fois la doxa et le complotisme. Ces deux écueils menacent en effet la compréhension libre et désintéressée de la "crise sanitaire" en cours et ils fonctionnent en miroir. Le complotisme est illustré ici par le récent film "Hold-Up" dont on démontre qu'il s'agit d'une fiction complotiste dissimulée sous les habits du documentaire.

dimanche, novembre 15 2020

Souffrez madame la Ministre de la Jeunesse que la jeunesse ne pense pas comme vous

15 11 2020

Comme chaque année, le Réseau Jeunes des centres sociaux a réuni en octobre dernier plus d’une centaine de jeunes pour débattre d’un thème de société qu’ils ont choisi. Cette année le thème retenu était celui des religions. Après plusieurs jours de réflexions, la Secrétaire d’État en charge de la jeunesse et de l’engagement était invitée à participer à la restitution des travaux. A l’évidence de réelles incompréhensions entre les jeunes et la Secrétaire d’État ont rapidement émergé sur la laïcité et encore sur les violences policières (voir ici et ). Hélas, plutôt que de s’interroger sur les raisons profondes de ces décalages la réponse ministérielle ne s’est pas faite attendre : une enquête Jeunesse et sport a été diligentée à l’encontre de la Fédération des centres sociaux et culturels, laissant supposer que les animateurs de ce réseau seraient responsables de l’échec de de ce dialogue.
Acceptez, madame la ministre, que pour une fois vos interlocuteurs n’aient pas été sélectionnés, préparés à votre venue, que leurs discours n’aient pas été écrits ou validés par votre cabinet. Acceptez surtout que la jeunesse puisse avoir des opinions, des propositions (voir ici), que l’on partagera ou pas, et que finalement elle puisse ne pas penser comme vous.

samedi, novembre 14 2020

L’euthanasie de notre vie démocratique risque d’aboutir à la sédition

14 11 2020

Livre_hirsch_pandemie_2020.jpgJe crains désormais la logique délétère d’une obstination gouvernementale déraisonnable. Je l’interprète comme consécutive à une usure, certes bien compréhensive, inhérente à cette lutte menée entre soi contre un phénomène planétaire et sociétal sans précédent, à une détresse et peut-être une forme de sidération ou alors de panique.
Chaque jour, ceux qui dénoncent un suicide collectif ou une forme d’euthanasie économiquement assistée sont plus nombreux et mieux compris par les Français que ceux qui les gouvernent. Non seulement ils en appellent à une réanimation de la concertation politique, mais tout autant au droit d’assumer en toute responsabilité leur droit à vivre dignement leurs valeurs d’engagement. Ils les opposent au devoir de mourir dans l’acceptation de mesures dégradantes décrétées au nom d’un intérêt supérieur inavouable car injustifiable.
Notre démocratie risque de ne pas résister plus longtemps à une sédation politique qui ne laisserait plus comme droit et comme ultime liberté qu’une sédition populaire dont on sait qu’il est urgent et sage de comprendre comment l’éviter.

dimanche, novembre 1 2020

« La question de l'origine du SARS-CoV-2 se pose sérieusement »

1 11 2020

Dans les zoonoses, les hôtes intermédiaires se retrouvent généralement parmi les animaux d’élevage ou sauvages en contact avec les populations. Or, en dépit des recherches de virus dans les espèces animales vendues sur le marché de Wuhan, aucun virus intermédiaire entre RaTG13 et le SARS-CoV-2 n’a pu être identifié à ce jour. Tant que ce virus intermédiaire n’aura pas été identifié et son génome séquencé, la question de l’origine de SARS-CoV-2 restera non résolue. Car en l’absence d'éléments probants concernant le dernier intermédiaire animal avant la contamination humaine, certains auteurs suggèrent que ce virus pourrait avoir franchi la barrière d’espèce à la suite d'un accident de laboratoire ou être d’origine synthétique.
« Étudier l’origine de SARS-CoV-2 est une démarche scientifique qui ne peut être assimilée à une thèse complotiste. De plus, j’insiste sur le fait que, tant qu’on n’aura pas trouvé l’hôte intermédiaire, cette hypothèse d’un échappement accidentel ne peut être écartée par la communauté scientifique ».

jeudi, octobre 29 2020

Le confinement constitue un remède pire que le mal pour la société française

29 10 2020

C’est un secret de polichinelle : le reconfinement était envisagé depuis l’été dernier. La stratégie de communication du ministère de la Santé s’est déployée autour de cette perspective depuis plus de deux mois, de façon à le faire accepter par la majorité de la population le jour J. Les médias mainstream lui ont fourni une aide décisive. Ils sont le relais et l’instrument privilégiés de cette communication. Et, force est hélas de constater qu’ils jouent très bien le rôle qui leur a été assigné. S’appuyant mécaniquement sur les chiffres, cette communication consiste à ne s’intéresser qu’aux indicateurs les plus alarmants, en les changeant au fil du temps si celui qu’on utilisait ne permet plus d’envoyer le message espéré. Et si un indicateur a une évolution en dents de scie, la communication se fait uniquement les jours où les chiffres augmentent. Il n’y a qu’un seul message possible.
Dans cette tribune, 300 universitaires, scientifiques, professionnels de la santé, du droit, de l’éducation et du social, ainsi que des artistes, se déclarent « atterrés » par des discours officiels qui dramatisent indûment la réalité afin de justifier des mesures de confinement.

lundi, octobre 26 2020

Doxa anti-raoultiste et police de la pensée

26 10 2020

Six chercheurs ont mis en cause notre récent article consacré au rôle de l'industrie pharmaceutique dans la polémique sur la thérapeutique du Covid, l'IHU de Marseille et le professeur Raoult. On leur répond en montrant d'une part que leurs arguments sont réfutables, d'autre part qu'ils cachent un anti-raoultisme primaire (fort répandu) qui relève de l'opinion et non de la science.
Complexité, symétrie, impartialité, maîtrise de l’information scientifique et de la bibliographie… force est de constater que tous ces vertueux principes ne sont mis en œuvre par nos nouveaux policiers de la pensée que dans les cas où cela sert la charge qu’ils ont décidé de soutenir. Et l’on comprend que, inversement, ces beaux principes tendent à s’évaporer dès que l’information disponible ne va plus dans leur sens. Pour finir, nous leur dirons donc ceci : commencez par appliquer vous-mêmes de façon rigoureuse les principes dont vous vous prévalez avant de prétendre donner des leçons aux autres.

dimanche, octobre 25 2020

Les faux-semblants de la laïcité

25 10 2020

La laïcité en tant que principe institutionnel est un concept relativement simple à comprendre. Mais son application dans divers domaines de la vie sociale engendre des débats importants et donne lieu à des interprétations divergentes. A-t-on alors raison de se méfier du principe et d’en dire du mal ? Pas nécessairement, répondent les auteurs. Simplement, il faut bien voir que les interprétations de la laïcité sont des opinions. En tant que telles, elles sont irréductiblement variées et, selon le principe même de laïcité, elles doivent être respectées sauf exception. Elles partagent d’ailleurs la population d’une façon plus complexe qu’on ne le dit. Cela ouvre une avenue à celles et ceux qui souhaitent promouvoir la laïcité.

samedi, octobre 17 2020

L’état d’urgence sanitaire permanent

17 10 2020

Pour la deuxième fois en quelques mois, et pour la sixième fois sous la Ve République, la France est placée sous un régime d’état d’urgence, décidé de manière discrétionnaire par le président de la République. Alors que la prorogation de la loi du 9 juillet 2020 organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire était en cours de discussion au Parlement le jour même de l’annonce présidentielle, le chef de l’Etat a choisi de recourir à un régime de rigueur renforcée qui octroie des pouvoirs exorbitants du droit commun à l’autorité administrative, sans véritable contrôle juridictionnel.
Ce régime d’exception conduit à l’édiction de mesures coercitives privatives ou restrictives de libertés ou de droits, dont la violation est pénalement sanctionnée, attestant d’une approche gouvernementale purement punitive et de défiance à l’égard de la population.

mercredi, octobre 14 2020

Ces entreprises du CAC40 qui profitent sans contrepartie des aides publiques Covid

14 10 2020

En France, comme ailleurs, la pandémie de Covid-19 a poussé les gouvernements à ouvrir grande leur bourse pour protéger l’économie, sauver des emplois, préserver des entreprises de la faillite. Près de 300 milliards d’euros de prêts garantis par l’État, un plan d’urgence à 110 milliards d’euros, dont 7 milliards d’euros pour Air France et 5 milliards pour Renault, un plan tourisme, un plan automobile, un plan aéronautique, pour la relocalisation industrielle, des baisses d’impôts, un plan de relance annoncé à 100 milliards... Les sommes affichées sont d’une ampleur inédite. Elles profitent largement aux grands groupes et à leurs actionnaires, beaucoup moins aux salariés.

jeudi, octobre 8 2020

La deuxième vague n’est pas virale mais économique et sociale

8 10 2020

Dans cette tribune, 250 universitaires, scientifiques, professionnels de santé et juristes alertent sur les conséquences économiques et psychosociales de la gestion politico-sanitaire de la crise du Covid. Ils estiment que la prochaine catastrophe ne sera pas virale mais économique et sociale, et qu’elle ne concernera pas les élites privilégiées mais d’autres catégories sociales beaucoup plus vulnérables.
Chacun s’accorde à dire que le premier devoir du gouvernement comme de chaque citoyen est de protéger les personnes "à risque", mais il est temps de considérer que la vulnérabilité est tout autant psychosociale que physiologique. Il est temps de rappeler que l’OMS elle-même, dans le préambule de sa constitution, définit la santé comme "un état de complet bien-être physique, mental et social qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité". A négliger les gens fragiles autres que les personnes âgées, on risque fort de provoquer d’autres maladies dont les effets se feront sentir pendant de longues années.

samedi, octobre 3 2020

La 5G. Enquête sur la face cachée des réseaux mobiles

3 10 2020

5g_mon_amour.jpgLa France compte plus de cartes SIM en circulation que d’habitant·es, et demain, avec l’arrivée de la 5G, ce seront tous les objets du quotidien qui seront connectés. Les voitures seront autonomes. Les foyers communicants. Les villes « intelligentes ». Mais est-on vraiment sûr que l’utilisation tous azimuts d’ondes électromagnétiques ne présente aucun risque ? Absolument pas, répond Nicolas Bérard au terme d’une enquête sur l’envers de ce « miracle technologique ».
Comment et par qui les normes, censées nous protéger, ont-elles été mises en place ? Quels liens entre opérateurs téléphoniques, médias et gouvernements ? Quels sont les effets de cette technologie sur la santé humaine et le vivant ? À l’aube du développement d’une nouvelle pollution de masse, ces questions ne sont jamais posées dans le débat public.

dimanche, septembre 27 2020

Il est urgent de changer de stratégie sanitaire face à la Covid-19

27 09 2020

Tandis que le gouvernement prépare une nouvelle loi (la quatrième en 6 mois !) prolongeant le « régime d’exception » qui a remplacé « l’état d’urgence » sanitaire, le ministère de la Santé a encore annoncé mercredi 23 septembre des mesures restrictives des libertés individuelles et collectives qu'il prétend fondées scientifiquement sur l'analyse de l'épidémie de coronavirus. Cette prétention est contestable. Nous pensons au contraire que la peur et l’aveuglement gouvernent la réflexion, qu'ils conduisent à des interprétations erronées des données statistiques et à des décisions administratives disproportionnées, souvent inutiles voire contre-productives.
Dans cette tribune, plus de 270 scientifiques, universitaires et professionnels de santé critiquent la dérive de la politique sanitaire du gouvernement français. Ils estiment qu'elle conduit à des interprétations erronées des données statistiques et à des mesures disproportionnées. Et demandent que l'on évalue nos connaissances réelles pour définir démocratiquement une stratégie sanitaire.

vendredi, septembre 11 2020

Covid-19 : nous ne voulons plus être gouvernés par la peur

11 09 2020

Nous, scientifiques et universitaires de toutes disciplines, et professionnels de santé, exerçant notre libre arbitre et notre liberté d'expression, disons que nous ne voulons plus être gouvernés par et dans la peur. La société française est actuellement en tension, beaucoup de citoyens s'affolent ou au contraire se moquent des consignes, et nombre de décideurs paniquent. Il est urgent de changer de cap.
Nous ne sommes pas en guerre mais confrontés à une épidémie qui a causé 30 décès le 9 septembre, contre 1438 le 14 avril. La situation n'est donc plus du tout la même qu'il y a 5 mois. Par ailleurs, si la guerre peut parfois justifier un état d'urgence et des restrictions exceptionnelles de l'Etat de droit et des libertés publiques qui fondent la démocratie et la République, ce n'est pas le cas d'une épidémie. Aujourd'hui comme hier, cette crise doit nous unir et nous responsabiliser, pas nous diviser ni nous soumettre.

mercredi, septembre 2 2020

Penser le Covid-19 : le réveil de la Belgique

2 09 2020

A plusieurs reprises lors des mois d'avril et mai, nous avons tenté d'entrer en discussion avec nos collègues belges, afin de comparer les analyses et les réponses données à la crise du Covid-19. S'intéresser au cas de la Belgique paraissait d'autant plus important que ce pays caracolait en tête du triste classement mondial du taux de mortalité liée au Covid, loin devant tous les autres pays européens (ce n'est plus tout à fait le cas, le Pérou venant de rejoindre la Belgique en tête de ce classement). A notre grande surprise, ils nous ont tous répondu en substance qu'il n'y avait rien à signaler et que les spécialistes travaillaient consensuellement avec les autorités politiques. Une sorte de tabou semblait régner sur la question. Et il est possible que les intenses polémiques qui avaient lieu en France au même moment n'incitaient pas nos voisins à se poser trop de questions. Mais le temps de la sidération et de la soumission est passé. La donne est en train de changer.

- page 1 de 21