Environnement

Fil des billets

jeudi, août 20 2020

L’empire d’Amazon s’étend en France

20 08 2020

Derrière la facilité d’un clic et l’interface lisse d’un site internet se cache parfois un monstre. Amazon, le géant du commerce électronique, se bâtit en France un empire. Poussée par l’explosion de la vente en ligne, la multinationale multiplie la construction de ses immenses plateformes logistiques, alimente un flux incessant de camions et courtise les élus locaux pour devenir hégémonique. C’est l’envers du numérique. Un horizon de béton, de pollution et de chantage fiscal dont Reporterre dévoile les coulisses. Arrivée en 2007 en France, Amazon a inauguré son premier entrepôt, de 70.000 m², à Saran, près d’Orléans (Loiret). En 2010, un nouveau hangar de 36.000 m² est sorti de terre à Montélimar (Drôme). Suivi d’un autre de 50.000 m2 en 2012, à Sevrey (Saône-et-Loire). Un an plus tard, c’est dans le Nord, à Lauwin-Planque qu’Amazon a renforcé son emprise avec un pôle logistique de 90.000 m². Ses véhicules de livraison sillonnent, depuis, le pays. La toile de la multinationale s’étend.

lundi, avril 6 2020

Pouquoi il faut d'urgence agir pour préserver la biodiversité

6 04 2020

sauvons-la-biodiversite-les-10-actions-pour-reagir-.jpgHélène Soubelet, vétérinaire de formation et diplômée d’études approfondies en pathologie végétale, est directrice de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité. Passée par le ministère de l’environnement entre 2010 et 2017 (adjointe au chef de bureau biotechnologies et agriculture puis cheffe de la mission Biodiversité et gestion durable des milieux au sein de la direction de la recherche), elle est aussi la coautrice de nombreux ouvrages. Dans l’un d’entre eux, Sauvons la biodiversité. Les 10 actions pour agir, co-écrit avec J.-F. Silvain, on peut y lire : « Avons-nous le temps d’éviter que le système ne bascule ? En réalité, la seule question pertinente à l’échelle de chacun d’entre nous, c’est “avons-nous le choix ?” Il nous semble que la réponse éthique est non. D’autant que nous avons des solutions ; il manque juste une volonté forte pour les mettre en œuvre, à tous les niveaux : hommes politiques, acteurs économiques et citoyens. »

dimanche, mars 29 2020

Ce sont les comportements humains qui multiplient les épidémies animales

29 03 2020

Les décisions du jour ne concernent littéralement que le traitement des symptômes. Très peu se sont penchées sur les causes profondes de naissance et de propagation de la pandémie. Comment en sommes-nous arrivés là ?
L’animal à l’origine du Covid-19, ainsi que le patient 0, ne sont toujours pas officiellement confirmés. Cependant, les conclusions des scientifiques (santé humaine, santé animale, environnement) sont unanimes sur une transmission de l’animal à l’homme. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 60 % des nouvelles maladies infectieuses humaines sont d’origine zoonotique, c’est-à-dire qu’elles sont transmises par des animaux. Ces maladies portent des noms acronymiques difficiles à répéter, dont la plupart ont fait frémir le monde : fièvre de la vallée du Rift, SARS, H1N1, fièvre jaune, grippe aviaire H5N1 et H7N9, MERS-CoV. La liste est longue.
Au cause : le trafic et le recel illégal d’animaux, la chasse sans contrôle, la déforestation et plus largement destruction des écosystèmes par l'Homme.

vendredi, février 21 2020

Bernard Charbonneau, pionnier méconnu de l’écologie française

21 02 2020

Génie méconnu ou faux prophète ? À l’ère du dérèglement climatique, de la sixième extinction de masse, de la transition écologique et du greenwashing, il devient urgent de lire, ou de relire, un auteur connu des seuls spécialistes, et encore plus injustement ignoré que son ami Jacques Ellul.
L’ancien responsable de la rubrique « environnement » du journal Le Monde, le regretté Roger Cans (1945-2018), ne s’y était du reste pas trompé dans sa Petite Histoire du mouvement écolo en France : « Les premiers intellectuels à se préoccuper de la nature, en France, se trouvent habiter à Bordeaux dans les années 1930 ».
Animateurs d’une troisième tendance au sein du mouvement personnaliste, Bernard Charbonneau et Jacques Ellul publient en 1935 un texte intitulé « Directives pour un manifeste personnaliste », qui constitue la première proposition occidentale moderne d’une limitation volontaire de la croissance économique.

jeudi, décembre 26 2019

Le prix de la planète

26 12 2019

Image_La_Vie_des_Idees.pngLe constat sur la détérioration du cadre de vie n’est plus à faire. Au niveau du changement climatique, de la pollution, des déchets, de la déforestation, ainsi que de l’effondrement de populations animales, insectes, oiseaux, poissons, etc., ce qui se passe aujourd’hui avait été annoncé par le Club de Rome en 1972 puis au sommet de la Terre de Rio en 1992, mais pensé comme des menaces dont il suffisait de prendre conscience pour les éviter. Or force est de constater que les intérêts divergents dans la poursuite de la croissance ont fait fi de cette prudence.
Aujourd’hui, en économie libérale, la vitesse d’épuisement des ressources fossiles, le respect des forêts et du monde animal, et tout ce qui concerne le long terme, est conditionné par les prix qui déterminent le comportement des agents. Il en résulte que les marchés financiers sont la référence mondiale pour orienter l’humanité vis-à-vis de l’environnement. Nous nous proposons d’examiner plus précisément cette gouvernance.

Illustration : laviedesidees.fr

jeudi, novembre 28 2019

Le Parlement européen déclare l’urgence climatique

28 11 2019

Le Parlement européen a décrété jeudi l’urgence climatique et environnementale, un vote symbolique pour maintenir la pression sur les dirigeants de l’UE à l’approche de la COP25 sur le climat et avec l’arrivée d’un nouvel exécutif européen.
La résolution, adoptée à une majorité confortable (429 pour, 225 contre et 19 abstentions), affirme l’engagement du Parlement pour « limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C et éviter une perte massive de biodiversité ».
Il fait suite à des votes similaires dans plusieurs parlements nationaux de l’UE, notamment en France, au Royaume-Uni ou en Autriche.

lundi, octobre 28 2019

Climat et biodiversité : la France dans le rouge

28 10 2019

Emmanuel_Macron_au_sommet_de_l_Onu_pour_le_climat_le_23_septembre_2019.jpgMissions de CO2 toujours trop élevées, érosion « préoccupante » des espèces, contribution à la déforestation mondiale: la France dépasse dans plusieurs secteurs les « limites planétaires » nécessaires à des conditions de vie sûres pour l’humanité. Cette évaluation de l’état de l’environnement, publiée tous les quatre ans par le ministère de la Transition écologique, se penche pour la première fois sur le concept des « limites planétaires », neuf variables qui régulent la stabilité de la planète et qu’il ne faut pas dépasser pour assurer un développement « sûr et juste » pour l’humanité. Appliqué à la seule France, le constat est sans appel: la majorité des neuf seuils est dans le rouge. Première limite dépassée, le changement climatique.

mercredi, septembre 25 2019

Réchauffement climatique : le rapport (plus qu') alarmant du Giec sur les océans

25 09 2019

La_fonte_des_glaces_selon_le_rapport_du_Giec.jpgLes océans et les zones gelées, victimes du réchauffement climatique, dépérissent à grande vitesse, menaçant des pans entiers de l'humanité qui doit réduire au plus vite ses émissions de CO2 pour limiter les dégâts, avertit ce mercredi un rapport alarmant du GIEC.
Montée du niveau des océans d'au moins d'un mètre d'ici 2100, petites îles menacées de submersion, glaciers qui disparaissent... Certains des impacts dévastateurs du changement climatique sont déjà « irréversibles », note le groupe d'experts climat de l'ONU à l'issue d'une réunion marathon de cinq jours à Monaco. Comparées aux rapports précédents, toutes les estimations sont pires. « Si on voit les chiffres concernant l'élévation du niveau de la mer, ils sont encore supérieurs au dernier rapport du Giec sur le 1,5°C sorti il y a quelques mois », commente Ludovic Frère-Escoffier, responsable du programme vie des océans au WWF France.

mardi, août 27 2019

Disparition des abeilles : comment l’Europe a renoncé à enrayer leur déclin

27 08 2019

GERMANY-ANIMALS-WEATHER-BEEIl n’y aura pas de répit pour les abeilles. L’Union européenne a décidé de passer outre l’avis de ses propres experts, et de la communauté scientifique au sens large, dans la protection de ces insectes. Après six années d’atermoiements, l’un de ses comités techniques a adopté au cœur de l’été, le 17 juillet, un texte réglementaire parmi les plus lourds de ­conséquences pour l’avenir de la biodiversité sur le Vieux Continent.
L’association française Pollinis, qui participe au comité des parties prenantes mis en place sur le sujet par l’EFSA, dénonce l’intense lobbying des industriels de l’agrochimie.

Photo : lemonde.fr

jeudi, juin 13 2019

Le lent poison des déchets radioactifs « oubliés » qui contaminent les sols français

13 06 2019

dechets_radioactifs.jpgEntre 1947 et 2001, près de 250 gisements d’uranium ont été exploités dans l’Hexagone, pour la fabrication de l’arme atomique puis l’alimentation en combustible des réacteurs nucléaires. Ils ont laissé comme héritage 51 millions de tonnes (environ 40 millions de mètres cubes) de résidus stockés dans les enclaves minières, mais aussi 170 millions de tonnes (plus de 100 millions de mètres cubes) de stériles : des roches extraites pour accéder au minerai, qui contiennent des métaux lourds radioactifs. De ces montagnes de résidus, il n’y a pourtant pas trace dans les documents d’information mis à la disposition du public, dans le cadre du débat en cours sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR).

Photo : lexpress.fr

vendredi, mai 10 2019

L'impact du transport aérien sur le climat

10 05 2019

Pollution_du_trafic_aerien.jpgL’impact du transport aérien sur le changement climatique a fait ces derniers mois l’objet d’une polémique croissante. Au-delà du débat sur la fiscalité se pose la question de la durabilité de ce mode de déplacement.
On questionne la pertinence de maintenir les lignes aériennes en Europe, voire la responsabilité des voyageurs, dans le sillage des Suédois qui se détournent de plus en plus de l’avion sous l’effet de la taxation des billets et de l’émergence de la « honte de voler ».
Cette situation mérite qu’on regarde les chiffres de plus près : quel est l’impact du transport aérien au niveau mondial ? Quelles perspectives d’évolution du trafic ? La technologie permettra-t-elle de limiter les émissions de manière suffisante ?

samedi, avril 27 2019

12 millions d’hectares de forêts tropicales détruites en 2018

27 04 2019

En 2018, le monde a perdu 12 millions d’hectares de forêts tropicales, soit la superficie du Nicaragua, révèle mardi le World ressources institute (WRI), dont 3,64 millions de forêts tropicales primaires essentielles pour le climat et la biodiversité.
Selon ce rapport annuel mené par Global Forest Watch, 2018 se classe comme la quatrième plus mauvaise année en terme de déforestation de la forêt tropicale, après 2016, 2017 et 2014.
Les pays les plus concernés sont le Brésil, l’Indonésie, la République démocratique du Congo, la Colombie et la Bolivie.

vendredi, avril 26 2019

Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle

26 04 2019

Des montagnes de déchets qui s’entassent dans les pays occidentaux, aux villes d’Asie du Sud-Est qui croulent sous les emballages importés, le circuit du recyclage mondial est en crise depuis que la Chine ne veut plus être la poubelle du monde.
Pour ne plus être la première destination mondiale du recyclage, Pékin a banni début 2018 l’importation de plastiques et de plusieurs autres catégories de déchets qu’elle recyclait jusqu’alors.
Les déchets plastiques des pays développés ont commencé à être redirigés massivement vers plusieurs pays d’Asie du Sud-Est où des industriels chinois du recyclage ont transféré leurs activités.

jeudi, mars 14 2019

Le droit de l'environnement et son application en France

14 03 2019

Police_de_l__environnement.jpgUne mesurette par-ci, deux mots changés par-là : c’est par petites touches que les normes qui protègent l’environnement sont amendées et affaiblies. Pour le gouvernement, il s’agit d’une « simplification » nécessaire. Les associations dénoncent, elles, une régression.
Le principe de « non-régression » du droit de l’environnement, intégré dans la loi Biodiversité de 2016, marque une volonté de préserver cette construction normative. Mais, dans les textes, les défenseurs de l’environnement observent une autre tendance.

mercredi, mars 13 2019

La Méditerranée (aussi) est devenue une mer de plastiques

13 03 2019

Plastique_en_mer.jpg5 250 milliards, c’est le nombre de particules plastiques qui flottent à la surface des mers et des océans du monde, soit l’équivalent de 268 940 tonnes de déchets. Des fragments qui circulent au gré des courants, avant d’échouer pour une partie sur les plages, les îles, les atolls de récifs coralliens ou encore dans l’un des cinq « gyres » océaniques, dont le plus grand et plus connu se situe dans l’océan Pacifique nord.
La majorité de ces déchets existe sous forme de microplastiques, c’est-à-dire de déchets d’une taille inférieure à 5 mm. Ces micro-déchets sont constitués d’un assemblage hétérogène de pièces qui varient en taille, forme, couleur, densité et composition chimique. Parmi eux, la plupart dérivent en mer avant d’être détérioriés, un processus qui peut prendre entre 100 et 1 000 ans.

Photo : humanite-biodiversite.fr

- page 1 de 3