Logo_AISG.png Interview publiée le 28 mai 2010 par AISG-Info.

« Le culte du chiffre devient ridicule. On interprète le moindre bruissement et on s'enferme dans un pilotage à utra-court terme », affirme Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS, membre du Cesdip (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales). Dans un entretien à AISG, il précise que le nouvel outil statistique du ministère de l'Intérieur constitue seulement un « comptage des procédures réalisées par les policiers et les gendarmes » et ne révèle pas « les chiffres de la délinquance ». Il souligne que « la pression hiérarchique est terrible » sur les policiers et les gendarmes « pour s'assurer d'avoir 'les bons chiffres', c'est à dire les objectifs fixés à l'avance par le pouvoir ». Il remarque que « la seule touche positive est l'abandon par l'ONDRP (Observatoire nationale de la délinquance et des réponses pénales) du chiffre global des faits constatés comme indicateur de 'la délinquance' » et est « inquiet sur les relations entre polices et population »