defiance.jpgLes Français sont de moins en moins nombreux à faire confiance à leurs institutions. Par exemple, plus de 70 % d’entre eux déclaraient en janvier 2014 n’avoir confiance ni dans l’Assemblée nationale ni dans le Sénat. Plus de 80 % estimaient que les hommes et les femmes politiques ne s’occupent pas de ce que pensent les gens et agissent principalement par intérêt personnel. De plus, près de 80 % considèrent que le système démocratique fonctionne mal en France. Ces chiffres sont en augmentation régulière, notamment chez les jeunes et dans les classes populaires, et se traduisent par une augmentation continue de l’abstention et du vote pour l’extrême droite. Ils s’accompagnent en outre d’une angoisse croissante vis-à-vis de l’ouverture au monde et de l’intégration européenne. Néanmoins, les institutions politiques ne sont pas les seules à pâtir de cette défiance : l’école et l’entreprise, en particulier, peinent à remplir leur rôle d’intégration sociale.
Le modèle républicain français doit donc rapidement retrouver l’adhésion des citoyens et la capacité à créer de l’identité collective. Il faut rebâtir un projet commun porteur de sens et de confiance en renouant avec les principes et les fondements de ce modèle.