Stop_y_en_a_marre.pngL’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES) et l’Association française de sociologie (AFS) se mobilisent aujourd’hui, à l’image de nombreux syndicats, départements, laboratoires, revues et associations savantes, contre la perspective d’un projet de Loi de Programmation pluriannuelle de la Recherche (LPPR).
Malgré sa technicité apparente, la nature des mesures préconisées dans les trois rapports préparatoires souligne à quel point il ne s’agit pas d’une réforme isolée, propre au fonctionnement de la recherche ou relevant du seul statut des enseignants-chercheurs. Elle s’inscrit au contraire dans la continuité des lois précédentes (LRU et ORE en tête) qui ont visé à réorganiser l’enseignement supérieur et la recherche et à faire, selon les mots d’Antoine Petit (PDG du CNRS) du darwinisme social et de la compétition de tous contre tous, le principe d’organisation majeur de nos professions, mais aussi comme fil conducteur des parcours de nos étudiant.e.s.

Illustration : archive.voicesofyouth.org