L’hystérisation du débat public, sous état d’urgence sanitaire, autour du thème de la sécurité, a pris des proportions effrayantes en cette fin avril 2021. Outre l’adoption en cours au Parlement des trois lois « sécurité globale », « séparatisme » et prochainement de prorogation de l’état d’urgence sanitaire, nombre de réactions engendrées par les décisions rendues par la justice pénale dans les affaires « Sarah Halimi » et « Viry-Châtillon » glacent le sang par leur caractère irrationnel, leur méconnaissance de la règle de droit et leur appétence pour de fausses informations ayant conduit par exemple la procureure générale de la Cour d’appel de Paris à publier un communiqué de presse pour rétablir la vérité des propos prononcés par un magistrat.