Les scientifiques qui ont découvert les vaccins ARN messager susceptibles de nous protéger contre le coronavirus, et peut être bientôt d’autres maladies aux formes diverses comme les cancers, méritent nos remerciements.
Les labos qui les fabriquent et les commercialisent les méritent beaucoup moins.
Ils n’y ont vu qu’une seule opportunité : s’enrichir grâce à la pandémie sur le dos des Etats et des contribuables. Dans le cas de Moderna, dont les pratiques viennent de faire l’objet d’une enquête de la part de l’ONG SOMO,